Analyses et humeurs sur le jeu de société

Message de service :

Découvrez les énigmes visuelles des mots sans dessous dessus : www.acariatre.net/mots-sans-dessous-dessus/.

De mauvais poil

10 bonnes raisons de refuser de jouer

Edit : ce billet est aussi paru sur le blog Gus&Co, vous pouvez aussi le lire et y réagir là-bas : http://gusandco.net/2015/01/28/10-bonnes-raisons-de-refuser-de-jouer/


En tant que joueur, j’ai tendance à proposer trop fréquemment une partie à des gens qui n’en ont pas forcément l’envie. Avec un succès, comme vous pouvez l’imaginer, assez mitigé. Avant de faire de même, il peut être utile de se rappeler toutes les raisons qui peuvent décourager de jouer :

1. Le jeu est peu sociable

Une fois lancé, le jeu devient le centre d’intérêt commun des gens autour de la table au détriment de la simple conversation. Pour ceux qui préfèrent partager une discussion, le jeu est donc un obstacle.

2. Le jeu isole

Dans le même ordre d’idée, le jeu crée donc une frontière entre ceux qui jouent et ceux qui ne jouent pas ou sans l’envie. Essayer de vous insérer autour d’une table où se joue déjà une partie pour le constater.

3. Le jeu est trop sérieux

Les joueurs, les vrais, prennent le jeu très au sérieux. Respect des règles, engagement de chacun, on n’est pas là pour rigoler. C’est un frein important pour les joueurs occasionnels qui aimeraient se détendre sans pression.

4. Le jeu est long

Une partie, une session, une soirée jeux peuvent vite s’éterniser. La tendance est aux jeux de plus en plus courts mais consacrer une heure à un jeu est au-dessus des forces de beaucoup.

5. Le jeu fait mal aux neurones

Les joueurs habitués vont apprécier des règles et des mécaniques plus complexes. Mais passer plusieurs dizaines de minutes à essayer de comprendre le fonctionnement d’un jeu n’est souvent pas ce qu’on attend d’une activité de détente.

6. Le jeu met en compétition

Si on le joue sérieusement, le jeu impose une compétition contre les autres joueurs (ou parfois contre le jeu lui-même). Cette confrontation nécessaire pour la mécanique de jeu n’est pas du goût de tout le monde.

7. Le jeu est stressant

Puisqu’il impose un conflit, le jeu amène aussi une tension palpable autour de la table. L’envie de gagner s’accompagne d’une peur de perdre et certains joueurs peuvent ne pas apprécier le stress et l’énervement qui en résultent.

8. Le jeu est injuste

Le hasard du jeu ou une erreur d’appréciation peuvent faire perdre une partie et faire naître un sentiment d’injustice peu agréable.

9. Le jeu expose

Dans le jeu, chaque joueur a une place unique et un rôle à jouer qui le rend visible à tous. Plus gênant encore, le jeu place les projecteurs sur celui qui débute, qui se trompe ou qui perd. Pour les timides, cette mise en avant peut effrayer.

10. Le jeu implique des joueurs

On peut apprécier quelqu’un et ne pas souhaiter jouer en sa compagnie. Parce que la situation ne s’y prête pas ou parce que son caractère semble incompatible avec une partie détendue. On connait tous des gens très sympathiques mais insupportables une fois le jeu démarré. Souvent ce sont mêmes ces derniers qui insistent depuis le début de la soirée pour qu’on sorte une boîte de jeux…

 

Jouer ce n’est pas de tout repos et, bien naturellement, ce n’est pas du goût de tout le monde. N’essayez pas d’imposer une partie à une audience peu partisane de ce plaisir ludique. Vous ruinerez votre soirée et la leur.

Si vous voulez vous rappeler pourquoi vous jouez, retourner lire Pourquoi joue-t-on ? et les 10 pires excuses des gens qui ne veulent pas jouer sur Gus and Co.

A lire aussi : Joueur, non-joueur. Pourquoi certaines personnes jouent et d’autres non ? sur Rencontres ludiques

 

Crédits Photo : Boardgame night by Marc Buehler (Flickr)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il est aussi possible de réagir à ce billet via Twitter :


À lire aussi :