Analyses et humeurs sur le jeu de société

Journal de bord

#9

Un combat de fond est mené actuellement par des acteurs du monde sociétoludique pour faire reconnaître le jeu de société comme un objet culturel. On pourrait y voir une tentative de se rassurer sur la valeur du jeu, lui qui est présenté par défaut comme futile et puéril. Peut-être en est-ce la raison initiale mais cela entraîne d’autres bénéfices.

Rapprocher le jeu de société des autres domaines culturels comme les arts, la littérature, le cinéma, la musique ou même le jeu vidéo, l’inscrit dans un registre plus large, économique et sociologique. Cela lui accorde une dimension supplémentaire qui l’éloigne de la simple pratique du jeu en lui-même.

C’est aussi affirmer le jeu comme un objet d’étude. Qui, de ce fait, appelle une remise en question permanente, un accompagnement des institutions, une démarche de préservation et d’enrichissement, une porosité avec les autres champs d’étude.

On peut, en tant que joueur, trouver étrange, pédant et contre-nature de vouloir aborder le jeu de manière serieuse. Mais la communication et les échanges entre les différentes approches et les différents acteurs qu’ils soient joueurs, faiseurs ou universitaires enrichit le jeu tout entier. Pour le plaisir de tous.


3 réponses à “#9”

  1. ReiXou dit :

    La volonté n’est pas tant pour pousser le jeu en tant qu’objet culturel (c’est une conséquence).
    Il me semble que le combat est plutôt d’affirmer que derrière les jeux il y a des auteurs et donc une démarche de création qui les rapprochent plus d’artistes que d’artisans (même si dans beaucoup de domaines la distinction est bien faible).

  2. acariatre dit :

    Merci ReiXou pour ton commentaire. On est d’accord sur le fond mais j’ai la vision inverse des causes/conséquences. Pour moi, une fois que le jeu sera réellement compris par le plus grand nombre (et les institutions) comme bien plus qu’une pratique puérile et futile, l’ensemble de ses acteurs et de ses enjeux seront reconsidérés et accompagnés. La démarche de création n’est qu’un des aspects, la démarche d’appropriation par le public est tout aussi riche et nécessaire, non ?

  3. laurent dit :

    Dans le fond à trop vouloir dire que la culture est « sérieuse », pas futile etc… on finit par oublier que globalement lire est plus souvent distrayant qu’enrichissant intellectuellement tout comme regarder un film d’ailleurs. Et pourtant littérature et cinéma sont reconnus par la majorité comme appartenant au domaine de la culture.
    Bref on retombe là dans un vieux débat qui revient à dire qu’il y a Culture et culture (la majuscule délimitant bien ce qui Est Sérieux).

    De fait j’ai l’impression qu’il faut à nouveau réfléchir à ce qu’est la culture en général et que le seul sujet de débat est bien celui-là

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il est aussi possible de réagir à ce billet via Twitter : : @acariatre


À lire aussi :