Analyses et humeurs sur le jeu de société

Journal de bord

#2

Je ne sais pas pour vous mais j’ai une affection pour les livres et films dits « de genre » (policier, horreur, action, etc.). Leur recette est connue et partagée entre les auteurs et le public, les déconvenues sont rares. Je n’en attends pas un chef d’œuvre matière à penser mais tout au plus un moment plaisant, sans heurt et facile d’accès.

On peut se plaindre des thèmes vus et rebattus du jeu de société qui, justement, puise abondamment dans les mêmes clichés : western, pirates, exotisme naïf, épopée spatiale ou médiévale. Mais en se plaçant en terrain connu, le jeu s’épargne une mise en place narrative plus originale mais forcément plus complexe. Pour une meilleure accessibilité et un plaisir ludique direct.

Œuvre culturelle certes mais avec un objectif premier de loisir, le jeu de société puise sans pudeur dans ces clichés jouissifs du cinéma et de la littérature populaire. Tant mieux pour nous, les joueurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il est aussi possible de réagir à ce billet via Twitter : : @acariatre


À lire aussi :