Analyses et humeurs sur le jeu de société

Journal de bord

#6

Boardgames that tell stories. On attend aujourd’hui des jeux qu’ils nous embarquent dans une histoire.

La solution pourrait à première vue être de travailler toujours plus le scénario, comme le font le cinéma ou la littérature. Mais les jeux de société ont cette particularité de permettre des interactions avec le jeu et entre les joueurs.

Le scenario prévu par l’auteur devient alors un prétexte. La vraie histoire du jeu est celle de la partie telle que vécue par les joueurs. Les actions dans le jeu tout autant que les réactions hors du jeu. On se souviendra de tel coup fourré, de la victoire sur le fil, du glapissement de rage du vaincu et du sourire idiot du vainqueur. Pas ou peu de la trame.

Pour vivre des histoires autour de la table, il faut des jeux riches plus que des scénarios léchés ; riches de contexte, riches en interactions, riches en surprises, riches en émotions, riches en possibilité. Les joueurs auront le premier rôle et s’en souviendront longtemps, c’est toute la force du jeu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il est aussi possible de réagir à ce billet via Twitter : : @acariatre


À lire aussi :