Règles du jeu : styles et éléments de contenu

Préambule : Ce billet est un article prévu pour être enrichi au fil du temps. Les exemples cités sont tirés de livrets de règles de jeux que je connais mais je serais très heureux de compléter cette galerie avec d’autres règles de jeux, existant et à venir. N’hésitez donc pas à me faire parvenir vos idées pour développer ce billet !

Billet mis à jour le 30 octobre 2021


Quel étrange objet qu’un livret de règles de jeu de société.

À la fois porte d’entrée vers l’univers du jeu et mode d’emploi détaillé. D’un côté l’introduction thématique, le vocabulaire du jeu, les illustrations chamarrées. Place à l’imagination. De l’autre les règles tirées au cordeau, sans oubli et sans interprétation possible. Nécessaire précision. La règle incarne parfaitement la dualité propre au jeu de société : fun et contraintes.

La règle est centrale dans l’expérience ludique. Rédiger et mettre en forme une règle est un travail essentiel, réalisé le plus souvent conjointement par les autrices et éditrices. Il n’y a pas de recette établie mais, au contraire, autant de manières de faire que de personnalités. Sa formalisation est soumise à d’innombrables choix. La règle, loin de n’être qu’une mise à plat des mécaniques de jeux, est une œuvre à part entière.

Pourtant il existe des modèles, des tendances, que dis-je, des courants, de style de règles. Comme on le ferait pour un roman, on peut imaginer des analyses lexicales, grammaticales et stylistiques des règles. Tout un champ de recherche à explorer !

Mais, en attendant de trouver le temps, voici quelques styles de livrets de règles que vous avez déjà fréquemment croisés dans vos lectures ludiques.

Note : dans ce billet, je m’intéresse uniquement au contenu textuel des règles. Il y aurait autant à dire sur leur mise en page mais ça sera l’objet d’autres billets.

Les styles possibles

La règle minimaliste

Ces règles misent tout sur la concision. Chaque information est donnée une seule fois, chaque terme est soupesé. Les évidences ne sont pas rappelées.

Un seul paragraphe de la règle de « Ohanami » serait présenté en une page dans d’autres règles de jeux (Steffen Benndorf, 2019, NSV, localisé par Oya).

La règle concentrée

Sans tomber dans le minimalisme, l’usage du vouvoiement et les listes à puces permet des règles lisibles et condensées :

Extrait du livret de « Les Ruines perdues de Narak » (Elwen et Mín, 2020, Czech Games Edition)

 La règle à double niveau

L’éditeur allemand Aléa (si je ne dis pas de bêtise) a introduit et popularisé les livrets de règles à deux niveaux :

  1. La colonne principale détaille le jeu pour une première lecture ;
  2. La colonne de droite résume les points clés pour une relecture ou trouver rapidement un point de règle.

La règle du jeu « Race for the Galaxy » (Thomas Lehmann, 2007, Rio Grand Games, localisé par Ystari) et ses deux colonnes.

La règle en plusieurs livrets

Lire des livrets de règles est votre plaisir innocent ? Ces jeux ont pensé à vous et ce n’est pas un livret de règles mais plusieurs qu’ils vous proposent. Le découpage peut être lié aux rôles dans un jeu asymétrique, en distinguant découverte et règle détaillée, etc.

Pour jouer à « Root » (Cole Wehrle, 2018, Leder Games,localisé par Matagot), vous pouvez opter pour le guide d’apprentissage ou la loi de Root. Rien que ça.

La règle mise en exemple

Les règles récentes laissent de plus en plus de place aux exemples illustrés. Pour le meilleur car ça permet à la fois de voir le matériel en situation, de confirmer la compréhension et parfois même d’éclaircir certains cas complexes à expliciter à l’écrit.

La règle bavarde

Certaines règles prennent le temps et l’espace nécessaire pour expliquer et illustrer chaque action de jeu, quitte à se répéter pour que les joueuses ne passent pas à côté d’un point de règles. Ou profite de la règle pour étoffer l’univers. Avec le risque d’étouffer les joueuses sous le poids du livret.

Les textes d’ambiance de la règle de « Dungeon Lords » (Vlaada Chvátil, 2009, Czech Games Editions) occupent parfois beaucoup plus de place que le point de règle.

La règle potache

Certaines règles de jeu osent le recours à l’humour mais elles restent rares. Pour aider à l’ingurgitation de règles arides ? Par plaisir de manier la plume comique ? L’auteur-éditeur Vlaada Chvátil par exemple en a fait une spécialité. Du côté des joueuses, certaines adorent et certaines détestent, trouvant que ça ajoute une surcouche de complexité inutile.

L’avenir est sombre pour les Monstres non récupérés par une joueuse dans « Dungeon Petz » ( Vlaada Chvátil, 2011, Czeck Games Edition)

La règle empathique

Les rédactrices de règles de jeu savent que ce n’est pas toujours facile à lire et appréhender. Elles rivalisent donc d’attentions à notre égard pour accompagner notre apprentissage.

Le livret de règle de « Russian Railroads » (Helmut Ohley et Leonhard « Lonny » Orgler, 2013, localisé par Filosofia) nous prévient sur l’ardeur de la tâche qui nous attend.

Le même livret de règles de « Russian Railoard » nous accorde une pause à mi-lecture et nous prodigue ses encouragements au passage.

L’auteur de Kanban (Vital Lacerda, 2014, Stronghold Games) vous déconseille de prendre son livret de règles par-dessus la jambe.

La règle stratège

Dans le même ordre d’idée, les autrices peuvent aussi glisser dans la règle quelques conseils stratégiques pour accompagner les joueuses notamment dans leurs premières parties.

La règle de « Res Arcana » (Thomas Lehmann, 2019, Sand Castle Games) vous évente la clé de voûte stratégique du jeu : défaussez vos artefacts !

De même, la règle de « It’s a wonderful world » (Frédéric Guérard, 20019, La Boîte de jeux) vous donne un conseil qui vaut pour tous les jeux et même la vie réelle : méfiez-vous de vos voisins.

La règle documentaire

Beaucoup de jeux s’inscrivent dans une réalité historique ou scientifique forte. Les autrices peuvent profiter de la règle pour partager leurs savoirs en la matière.

Au détour de la règle de « Praga Caput Regni » (Vladimír Suchý, 2020, Delicious Games), un paragraphe sur une anecdote historique thématisée dans le jeu.

La règle commentée

La règle est un espace de passation entre les autrices et les joueuses et parfois les autrices décident de s’en saisir pour communiquer plus directement sur leurs intentions.

L’auteur de « Scythe » (Jamey Stegmaier, 2015, Stonemaier games, localisé par Matagot) argumente ses choix de game design directement dans le livret de règles.

Dans le livret de Wingspan (Elisabeth Hargrave, 2019, Stonemaier Games, localisé par Matagot), l’autrice met en contexte la thématisation du jeu.

L’éditeur de « Concept » ( Gaëtan Beaujannot et Alain Rivollet, 2013, Repos Production) recommande de ne pas utiliser le système de score.

En marge du déroulé des actions de jeux, on retrouve souvent les mêmes blocs de contenus qui, eux aussi, orientent la tonalité du livret de règles. En voici un petit inventaire, là encore tout sauf exhaustif :

Les sections spécifiques – Aides de jeux

Le glossaire

Cette section explicite le vocabulaire particulier du jeu.

Extrait de la règle de « Huns » (Fneup, 2018, La Boîte de jeux)

L’iconographie

En quelque sorte, le glossaire visuel ou l’explication de tous les symboles utilisés dans le jeu.

La lectrice a des symboles sur la planche de « Elysium » ( Matthew Dunstan et Brett J. Gilbert, 2015, Space Cowboys).

Le schéma

Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours. Ces règles tentent de remplacer ou compléter des paragraphes de textes par un schéma. Ça aide ou non.

Schéma synthétique à la fin de la règle de « Small Islands » (Alexis Allard, 2018, Mushroom Games)

Il est temps de réciser l’UML. Extrait de la règle de « Android: Netrunner » (Richard Garfield, 2012, Fantasy Flight Games)

Le rappel

Cette règle n’ignore pas que vous n’avez pas prêté l’attention nécessaire pour retenir tous les points litigieux. Elle s’oblige donc à vous rappeler à vos obligations.

Les points de règle que le livret de « Time Stories » (Manuel Rozoy, 2015, Space Cowboys) sait que vous allez oublier.

La FAQ

Dans le même ordre d’idée, la Foire Aux Questions tente d’anticiper les interrogations qui surviennent à la lecture des règles.

Pas de question sans réponse dans le livret de « Lords of Waterdeep » (Peter Lee et Rodney Thompson, 2012, Wizards of the Coast)

La règle en vidéo

Le format vidéo est devenu incontournable en remplacement ou complément du livret de règle. Pas rancunier, ce dernier fait la promotion de sa comparse.

La présentation en vidéo du jeu « Colt Express » (Christophe Raimault, 2014, Ludonaute) par les artistes du genre.

La transmission

Les rédactrices savent bien qu’elles s’adressent à une des joueuses mais que celle-ci aura ensuite la périlleuse mission de relayer toutes les règles aux autres participantes de la future partie.

Expliquer « Mage Knight » (Vlaada Chvátil, 2011, Wizkids) est un sacré morceau et la règle compte bien vous y aider.

Le rangement

Enfin, en dehors des règles du jeu lui-même, au vu de la quantité de matériel des jeux modernes, il faut désormais détailler les règles de rangement du jeu.

Le rangement du jeu « Dice Forge » (Régis Bonnessée, 2017, Libellud) est un jeu dans le jeu avec son propre lot d’instructions.

Les sections spécifiques – Jeu augmenté

Les succès

On voit fleurir dernièrement des listes de succès à accomplir au fur et à mesure des parties, à l’image de ce qui existe depuis longtemps dans le jeu vidéo.

La planche de succès du jeu « Troyes Dice » ( Sébastien Dujardin, Xavier Georges et Alain Orban, 2020, Pearl Games)

Les sections spécifiques – Autour des créatrices

La biographie

Le moment de gloire des autrices.

Où l’on découvre que l’auteur de « The Crew », en quête de la neuvième planète » ( Thomas Sing, 2019, Kosmos, localisé en français par Iello) est détenteur d’un record aux petits chevaux.

Les crédits

Le jeu est un projet collectif et les crédits sont là pour reconnaître les apports de chacune des participantes.

Il en faut du monde pour créer et éditer un jeu comme « Marvel Champions: The Card Game » (Michael Boggs, Nate French et Caleb Grace, 2019, Fantasy Flight Games).

Les remerciements

La règle est l’occasion de remercier celles et ceux qui ont aidé à la création du jeu.

Le pavé de remerciements de « Agricola, Terres d’élevage » (Uwe Rosenberg, 2012, Lockout Games, localisé par Filosofia) et sa citation incongrue.

La dédicace

Les autrices peuvent également rendre hommage à quelqu’un en lui dédiant leur oeuvre.

L’auteur du jeu « Au creux de ta main » (Timothée Decroix, 2020, La Boîte de jeu) dédie le jeu à son grand-père.

Les engagements

Les autrices et éditrices peuvent communiquer sur leurs valeurs et engagements.

L’éditeur du jeu « [kosmopoli:t] ( Julien Prothière et Florent Toscano, 2020, Jeux Opla) rappelle ses engagements en matière de production locale.

Les sections spécifiques – Les liens

Les sites web et réseaux sociaux

Si vous aimez le jeu, tenez vous au courant des prochaines sorties des mêmes autrices et éditrices en suivant les liens.

Extrait de la règle de « Detective: A Modern Crime Board Game » (Przemysław Rymer, Ignacy Trzewiczek and Jakub Łapot, 2018, Portal Games, localisé par Iello)

Les adaptations numériques

Vous aimez le jeu en carton ? Essayez-le en numérique.

« Pandemic » (Matt Leacock, Z-Man Games, localisé par Filosofia) sur Android et iOS

La promotion

Et si on profitait d’avoir l’attention de la joueuse pour lui vanter les mérites d’autres jeux du même éditeur ?

Vous avez fini de lire la règle de « Lords of Xidit » (Régis Bonnessée, 2014, Libellud) vous invite à prolonger l’expérience dans le même univers avec « Seasons » (même auteur, même éditeur).

La sauce

Ce billet (un peu fourre-tout, avouons-le) vise surtout à illustrer la grande variété possible des ingrédients d’un livret de règles. À l’image d’autres types d’œuvres, ces choix stylistiques et de contenus peuvent s’analyser et révèlent quelque part la personnalité du jeu et les intentions de ses créatrices.

Le sujet est vaste et ce billet n’est qu’une mise en bouche pour une exploration plus en détail des façons et méthodes de rédaction de règles. À bientôt !


Les extraits des règles sont la propriété intellectuelle de leurs éditeurs respectifs. Si vous ne souhaitez pas les voir apparaitre dans ce billet, contactez-moi directement pour que je les retire.


4 réponses à “Règles du jeu : styles et éléments de contenu”

  1. surlepoint dit :

    Super article qui peut en effet être longuement alimenté.

    Au delà de la question de la « mise en page », non abordé volontairement ici, il y a aussi des choix forts sur la manière d’expliquer les règles.
    J’ai l’impression d’une récente évolution sur ce sujet avec de plus en plus de règles qui commencent par expliquer les grands principes du jeu (ce qui va au delà de simplement expliquer l’objectif du jeu) avant de rentrer dans le détail des points de règles.

    • acariatre dit :

      Bonjour Surlepoint et merci pour ton commentaire. En effet, j’ai prévu de faire d’autres billets sur le sujet et notamment d’évoquer les récentes évolutions dans la rédaction de règles (présentation du matériel mêlé à la mise en place avec un visuel 3D, présentation synthétique des principes généraux comme tu l’exposes, abondance d’exemples illustrés, rappel des points de règles facilement oubliés, etc.)

  2. matinciel dit :

    Super article, que j’aurais aimé faire :).
    j’ajoute que tu devrais jeter un oeil à la nouvelle règle de Jamaïca avec « les onglets ».
    Pour le schéma, il me semble que c’est un peu simpliste que exemple, je prendrais un petit schéma des n’importe quel diagramme de tour pour un JCE (FFG/Edge), exemple Netrunner :).
    Tu peux ajouter :
    1-  » les exercices dans la règle de Full Metal Planet »
    2- les QR codes vers les vidéos règles
    3- les règles (complète) dispo uniquement en ligne (KS ClashofDecks, Keyforge).

    • acariatre dit :

      Merci @matinciel pour ton commentaire et tes compléments, j’ajoute tout ça au billet de ce pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il est aussi possible de réagir à ce billet via Twitter :