Rédiger une règle de jeu : Nommez le matériel

Dans cette série de billet, je propose des conseils pour la rédaction de règles de jeu de société.


Les règles d’un jeu explicitent comment manipuler les (nombreux) éléments matériels du jeu : plateaux, cartes, dés, figurines, etc. Une bonne règle de jeu doit donc clairement identifier à quels éléments matériels chaque point de règle fait allusion.

Voici donc quelques recommandations en la matière, glanées au cours de mes lectures de règles de jeux.

Règle 1 : Choisissez une seule dénomination

La première règle est évidente. Il faut choisir une et une seule façon de nommer chaque élément de jeu et s’y tenir pour tout le livret de règles. Rien de plus incompréhensible que de faire référence au même élément de façon différente selon l’endroit de la règle.

Règle 2 : Référencez le matériel

La seconde règle est pragmatique. Avant d’expliquer comment manipuler les éléments de matériel, il est très utile de les présenter avec, pour chacun, la dénomination qui l’identifiera dans la suite du livret.

Souvent, cela est fait en introduction des règles avec une section « matériel », parfois mélangée avec la section « mise en place ».

La section « Matériel » du jeu Splendor présente les « cartes développement » (Marc André, 2014, Space Cow-boys).

Si le vocabulaire du jeu est dense, il est également conseillé de faire apparaître une section « glossaire » qui référence chaque terme utilisé, matériel ou action. Dans ce cas, on la place plus souvent à la fin du livret de règles pour la retrouver plus facilement.

Règle 3 : Associer nom générique et vocabulaire propre au jeu

Chacun des éléments matériels d’un jeu possède au moins deux appellations :

  • Un nom générique (par exemple « carte », « meeple » ) ;
  • Une appellation dans l’univers du jeu (par exemple chaque « carte » est en réalité un « bâtiment » dans 7 Wonders, chaque « meeple » est un « archéologue » dans Les Ruines perdues de Narak).

Lors de la rédaction de la règle du jeu, il faut trouver une façon d’identifier clairement chaque élément de jeu pour faciliter la lisibilité et la compréhension. Or les règles s’adressent aussi bien à la débutante, qui découvre le jeu et lit le livret de règle de A à Z, qu’à l’experte qui connait déjà le jeu mais veut vérifier rapidement un point de règle.

Pour éviter les incompréhensions, je recommande de choisir pour chaque élément matériel une dénomination qui associe le nom générique et le vocabulaire propre au jeu. Ainsi l’élément de jeu est à la fois reconnu par sa forme matérielle et sa fonction thématique. Quelques exemples :

  • un « cube Maladie » dans Pandemic ;
  • une « carte développement » dans Splendor ;
  • une « tuile Gardien » dans Les Ruines perdues de Narak.

Cependant, pour éviter les lourdeurs, il est tout à fait possible et tout aussi lisible d’utiliser la dénomination complète une fois par paragraphe ou pour les étapes de manipulation et d’utiliser la dénomination simplifiée par ailleurs, quand il n’y a pas d’ambiguïté et qu’on estime que le vocabulaire est, à ce stade, connu des lectrices.

La règle des « Ruines perdues de Narak » (Elwen et Mín, 2020, Czech Games Editions)  utilisent « tuile Gardien » ou « gardien » tout court.

Contre-exemple

Comme toute recommandation, celle-ci est amenée à être remise en cause dès que la situation le nécessite. Si le jeu comprend beaucoup de vocabulaire spécifique et qu’on souhaite éviter la surcharge cognitive, il est tout à fait possible d’employer les termes génériques, plus immédiatement reconnaissables. Il s’agit avant tout d’adapter la rédaction de la règle au public visé.

Règle 4 : Distinguer visuellement les mentions du matériel

Toujours dans un soucis de clarté, il est utile de distinguer visuellement dans le texte les mentions du matériel de jeu. Cela indique à la joueuse que ce terme fait référence à un élément bien précis et l’invite à relire sa définition ou ses points de règle spécifiques. Cela facilite aussi l’identification des éléments mentionnés lors d’une lecture en diagonale.

Plusieurs options sont possibles pour cela :

La majuscule

Nos règles de jeu regorgent de majuscules. Comme si chaque élément de jeu méritait cette marque de noblesse. En réalité, c’est donc bien pour distinguer le vocabulaire propre au jeu et pas par fierté déplacée.

« Disque », « Quête », « Famille », « Colonne », « Condition d’acquisition » dans la règle de « Elysium » (Matthew Dunstan et Brett J. Gilbert, 2015, Space Cowboys)

Toujours dans la règle de « Elysium », les emplacements « DOMAINE » et « ELYSIUM » sont systématiquement écrits tout en majuscules pour bien les différencier et rappeler dans quelle zone se passe l’action de jeu.

Dans la majorité des cas la majuscule suffit, d’autant plus quand la dénomination complète est utilisée.

La distinction graphique

La majuscule est discrète. Pour renforcer la distinction du vocabulaire des éléments de jeu, on peut aussi jouer sur la graisse, l’italique et la couleur de la police.

Majuscule et italique dans la règle de « Pandemic » (Matt Leacock, 2008, Z-Man Games)

La lisibilité et la vitesse de lecture du texte peuvent cependant être entravées par trop d’artifices graphiques. À utiliser avec parcimonie donc. Il est par ailleurs conseillé de réserver l’usage du gras aux passages de la règle plus importants ou sources potentielles d’erreur.

L’icône

En parallèle des dénominations textuelles, les règles des jeux introduisent parfois une représentation sous forme d’icône des éléments et actions de jeu. Il peut dès lors être tentant d’utiliser cette iconographie directement au sein le texte de la règle pour identifier ces éléments.

La règle du jeu « Dice Forge » (Régis Bonnessée, 2017, Libellud) propose plusieurs jeux d’icônes : pour les actions de jeu et pour les ressources manipulées.

Si cet usage d’icônes répétées au cœur du texte est tentant, je ne le recommande pas. À mon avis, il a tendance à beaucoup trop surcharger le texte et rendre sa lecture hachée et donc moins compréhensible. À réserver à certains cas bien choisis.

Synthèse

Citer les éléments de jeu dans un livret de règles peut sembler le b.a.-ba de la rédaction de règles. Pourtant les quatre recommandations de cet article et les exemples et contre-exemples cités montrent que, même pour une chose aussi basique, de nombreux choix s’offrent aux rédactrices de règles de jeu.

Comme toujours, il n’y a pas une seule façon de faire. L’important est de connaître les pratiques courantes, les alternatives et de les adapter à son usage précis.

Mais dans la majorité des cas, une double dénomination matérielle et thématique et l’usage de la majuscule feront l’affaire :


Note : les conseils prodigués ici n’engagent que moi et vous pouvez tout-à-fait questionner ma légitimité à ce sujet et réagir en commentaire !


Une réponse à “Rédiger une règle de jeu : Nommez le matériel”

  1. Zod dit :

    Je trouve non pertinent vos suggestions. Vous nous enlevez toutes possibilités de râler contre les règles si un auteur/auteure de jeu vous écoute. La moitié des blogues sur les jeux fermeront. Etesxvous conscient du tort que vous causez à la communauté ? Alors, continuez votre beau travail ! On a hâte d’avoir d’autres suggestions!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Il est aussi possible de réagir à ce billet via Twitter :